Agroécologie : Vers la mise en œuvre des recommandations politiques du CSA

0
119

Dans un rapport publié par Pfbc ce 4 avril 2024, le Comité de la Sécurité Alimentaire Mondiale (CSA) des Nations Unies a demandé à son Groupe d’experts de haut niveau (HLPE) sur la sécurité alimentaire et la nutrition (SAN) de rédiger un rapport sur les « Approches agroécologiques et autres approches novatrices pour une agriculture et des systèmes alimentaires durables propres à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition » afin d’éclairer ses discussions lors de la 46ème session plénière du CSA en octobre 2019 et d’adopter une série de recommandations politiques lors de la 48ème session du CSA en juin 2021.

De multiples défis caractérisent le système alimentaire mondial parmi lesquels figurent les changements démographiques, le changement climatique, la dégradation des sols, la perte de biodiversité et la concurrence pour les ressources renouvelables. Selon le rapport, l’agriculture est responsable de 60 % de la perte de biodiversité terrestre, de 33 % de la dégradation des sols, de 61 % de l’épuisement des stocks de poissons commerciaux (PNUE, 2016) et, selon les estimations, de 34 % des émissions de gaz à effet de serre. Notons que depuis 2020, environ 3,1 milliards de personnes qui ne disposaient pas des moyens de s’offrir une alimentation saine, près de 670 millions de personnes risquent encore de souffrir de la faim en 2030. En dépit des préoccupations croissantes en matière d’équité et de justice sociale, le système alimentaire mondial continue d’avancer dans la mauvaise direction, appelant à une transformation profonde et urgente à toutes les échelles.

La Plateforme de Partenariat Transformateur sur l’Agroécologie, en collaboration avec le Groupe de travail sur la recherche, l’innovation et l’éducation de La Coalition Agroécologie, élabore un outil permettant de suivre la mise en œuvre des cinq recommandations politiques, en mettant l’accent sur l’agroécologie plutôt que sur d’autres approches novatrices.

Les différentes recommandations politiques

Les cinq recommandations politiques sont intégratives et englobent plusieurs principes, avec quelques répétitions entre les recommandations. Par exemple, la recommandation politique n° 3 « Faciliter la transition vers une agriculture et des systèmes alimentaires durables résilients et diversifiés au moyen d’approches agroécologiques et d’autres approches novatrices » englobe 9 des 13 principes notamment le recyclage, la réduction des intrants, la santé des sols, la santé animale, la biodiversité, la diversification économique, les valeurs sociales et les régimes alimentaires, l’équité et la connectivité.

Les recommandations politiques représentent un ensemble d’objectifs politiques de haut niveau acceptés au niveau international, mais allégées en comparaison avec le rapport du Groupe d’experts de haut niveau en raison de l’obtention de l’accord d’un large groupe de pays au cours du processus de convergence politique. Le rapport du Groupe d’experts de haut niveau souligne l’importance des blocages qui entravent les transitions agroécologiques et ce qu’il faut faire pour encourager ces transitions agroécologiques. Il est donc essentiel d’étudier les éléments qui peuvent entraver les progrès dans chaque domaine ainsi que les actions qui favorisent la transition. En parallèle, il convient de ne pas se contenter de regarder dans quelle mesure ces recommandations sont mises en œuvre, mais aussi ce qui peut être fait en plus.

Il est également essentiel d’obtenir une perspective de la société civile sur ce qui est ou n’est pas mis en œuvre. Une grille de suivi est proposée pour la mise en œuvre des cinq recommandations politiques du CSA, avec 23 domaines d’action prioritaires suggérés. Les actions prioritaires proposées ici constituent l’ensemble le plus parcimonieux autour duquel les parties prenantes (gouvernements, organisations intergouvernementales, société civile, secteur privé, instituts de recherche et établissements universitaires) peuvent élaborer des politiques, des programmes et des plans d’investissement et de suivi en faveur d’approches agroécologiques permettant de mettre en place des systèmes alimentaires durables.

Dans l’annexe 1, le résumé de l’orientation des actions prioritaires suggérées a été encouragé par les parties prenantes pour identifier les lacunes et faire des suggestions en vue d’une amélioration ultérieure. Par le biais de consultations et de consensus, les parties prenantes développeront des indicateurs adaptés à leur contexte et cohérents avec leurs voies de transition afin de suivre la transformation des systèmes alimentaires. Notons que cette grille est conçue comme une évaluation initiale et constitue une base pour encourager le dialogue et la recherche de consensus afin de soutenir les actions prioritaires essentielles pour déterminer les voies de transition adaptées aux contextes locaux ou nationaux.

AB et Pfbc

Leave a reply