Projet Ado Avance Ensemble : La Camnafaw et le Minsanté en commun accord

0
674

La Camnafaw a été reçu au Ministère de la santé ce 22 mars 2024 pour présenter le Projet Ado Avance Ensemble (AAE) financé par l’Union Européenne.

Financé par l’Union Européenne, ce projet vise à améliorer la demande et l’accès aux informations et services Sdsr pour les adolescents vulnérables (10-19 ans) en particulier les filles non scolarisées ; renforcer les systèmes de santé publics et communautaires en travaillant avec et via les systèmes existants et stimuler la collaboration entre les secteurs publics et privés ; promouvoir un environnement politique et sociétal favorable qui permette aux adolescents vulnérables  d’accéder aux informations et aux services de qualité en santé sexuelle et reproductive dont ils ont besoin pour réaliser et protéger leurs droits en sexuelle et reproductive. « Le projet Ado Avance Ensemble a commencé en août 2022. Il est financé par l’Union européenne et il y a 8 organisations qui font partie de ce projet et qui le met en œuvre dans 5 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Nous Rutgers, sommes coordonnateurs du projet. Donc, l’Union européenne nous verse des fonds, nous on les redistribuent entre les différents partenaires et ensuite on soutient chacun de ses partenaires afin que la mise en œuvre du projet Ado Avance Ensemble soit optimal dans leur propre contexte. Ensuite au niveau national chacun des organisations s’accordent avec les ministères de la Santé, ministère de la Jeunesse, ministère de la Famille etc pour s’assurer que la mise en œuvre du projet s’inscrive dans les objectifs et les priorités nationales et que ça atteignent des objectifs souhaités » a déclaré Blandine Benezit, Chargé des programmes à Rutgers International et Point focal du projet Ado Avance Ensemble.

Notons que le projet de avance ensemble a débuté au Cameroun depuis le 1er août 2022 pour une durée de 3 ans. Lors de cette réunion faites à la salle de conférence du Ministère de la santé, Guy Martial Mendo ZE, Coordonnateur national du Projet Ado Avance Ensemble au Cameroun a noter une nette réduction du taux de natalité pour 1000 adolescents âgés de 15 à19 ans ; une augmentation  de la proportion d’adolescents qui se sentent soutenus par leur environnement ; une augmentation de la proportion des adolescents qui ont la possibilité et la capacité de faire leurs propres choix en matière de santé sexuelle et reproductive ; une augmentation de la proportion des adolescents satisfait par les soins SSR reçu y compris l’avortement. « Nous avons présenté non seulement les résultats globaux du consortium puisqu’il faut noter que c’est un projet qui est mis en œuvre dans 5 pays avec 8 organisations. A côté des objectifs globaux de tout le consortium, nous avons inscrit les objectifs des agrégés de la Camnafaw qui met le projet en œuvre au Cameroun et il était bien de présenter aussi tous les acteurs de mise en œuvre et les régions de mise en œuvre au Cameroun. Nous avons beaucoup d’indicateurs et nous avons présenté par indicateur le taux d’avancement. Nous ne pouvons pas dire de façon globale que nous avons déjà atteint les résultats mais au vu de la performance, nous sommes supposés être à 50% réalisations et jusqu’ici, les avancées sont assez satisfaisantes et nous savons que nous sommes à un peu plus de 50 % des réalisations aujourd’hui» affirme­-t-il.

Selon Blandine Benezit, il sera question au ternes de cette échange que le ministère de la Santé fasse une circulaire à l’intention de toutes les formations sanitaires du pays pour qu’une unité spécialisée dans la santé reproductive des adolescents soit mise en place dans chaque centre de santé, dans chaque dispensaire pour vraiment s’assurer que les soins soient disponibles pour les adolescents et adaptés à leurs besoins et à leur âge, etc. Rappelons qu’il y a  environ 292 éducateurs qui ont été formés à dispenser l’éducation sexuelle complète dans les communautés pour atteindre de préférence les jeunes filles qui sont non scolarisées et qui n’ont notamment pas accès aux séances de SVT à l’école.

C.E

Leave a reply