Environnement : Un arbre planté est un espoir pour l’écosystème

0
79

A l’occasion de la  journée mondiale de la lutte contre la déforestation et la sècheresse, célébrée le 17 juin 2024,  les autorités camerounaises à travers de nombreuses organisations se sont investies une fois de plus dans la promotion du système de replantation des  arbres dans la nature. Tous garants de son rayonnement, ils ont  su renouveler leur Intérêt et leur engagement indéfectible dans cette lutte.

L’écosystème au pays fait face à de véritables défis environnementaux notamment la sécheresse, la dégradation des sols et la déforestation avec plus de 40 % de la surface de la terre mondiale  considéré comme déjà  appauvrit.

A cet effet, au Cameroun depuis plusieurs années un système de reboisement s’est implémenté. D’où l’encouragement de ses citoyens à la plantation des arbres car plus on les coupes plus l’environnement de manière générale et en particulier les sols subissent des représailles. « Les arbres replantés dans le cadre des activités de reforestation au Cameroun, sont soigneusement choisis pour s’adapter aux conditions locales et pour leur résistances aux conditions arides. Ces arbres jouent un rôle crucial en stabilisant le sol, en améliorant  la qualité  de l’air et en fournissant de l’ombre. Ce qui aide à réduire la température au sol et à augmenter les rétentions d’humidité », affirme Ahmed MOUMINE, environnementaliste. C’est pour cette raison que très convoités, ces arbres subissent de nombreuses transformations à leur maturité puisqu’ils sont par essence des sources d’énergie.

Impacts des arbres replantés

De plus soulignons que cette action gouvernementale consistant à replanter des arbres afin pallier aux problèmes de désertification et de sécheresse sur l’étendue du territoire camerounais a un impact considérable dans la préservation de la nature et dans  le devenir de l’écosystème. « Les arbres absorbent le dioxyde de carbone et libèrent l’oxygène, contribuant à réduire les gaz à effet de serre, à lutter contre le réchauffement climatique et à réguler le climat local. Les arbres offrent également un habitat pour de nombreuses espèces animales et végétales, contribuant à la préservation, de la biodiversité. Et les racines de ces arbres stabilisent le sol et réduisent l’érosion éolienne et hydrique » ajoute Prudence MASSENG, environnementaliste et membre du Youth Caucus de la convention des Nations Unis sur la lutte contre la désertification.

Suivi  des plantes et perspectives

Par ailleurs, le suivi systématique de cette lutte contre la désertification et la sécheresse au Cameroun est encadré par plusieurs textes notamment la convention cadre des nations unies et le Programme  des Nations Unies pour le développement (PNUD) qui permettent de veiller de manière permanente sur certaines espèces. Outre ces moyens soulignons que plusieurs organismes participent dans cette lutte notamment le programme des nations unis pour l’environnement (PNUE), le Ministère de l’environnement, de la protection de la nature et du développement durable (MINEPDED), le Ministère de l’agriculture et du développement durable (MINADER), les ONG, et bien d’autres… C’est dans cette optique que cette année, les perspectives d’amélioration  de cette lutte contre la désertification et la sécheresse reposent sur de nombreux facteurs notamment « l’expansion des projets de reforestation, en mettant l’accent sur les espèces locales et  résistante à la sécheresse ; le renforcement des capacités locales, à travers la formation des agriculteurs  et des communautés aux techniques agricoles durables et à la gestion  des ressources en eau ; l’augmentation du financement, l’utilisation des nouvelles technologies et la sensibilisation afin d’encourager l’implication de tous les acteurs y compris le secteur privée et les jeunes », détaille  Ahmed MOUMINE, environnementaliste. En outre, on peut également soulever  d’autres mesures plus pragmatiques dont « l’initiation des programmes de sensibilisation et éducation à l’environnement en intégrant la culture ; le recensement des espaces qui abritent les écosystèmes en vue de disparition et la caractérisation des essences rares ce qui permettra d’anticiper les incidents de la déforestation qui cause l’avancée du dessert » renchérit Paulin MENGUE,  environnementaliste et Promoteur de GGR solution.

Notons que cette journée dédiée à la lutte contre la désertification et la sécheresse s’est célébrée cette année sous le thème : «  Unis pour les terres : Notre héritage. Notre avenir ». Le Cameroun a pris des engagements concernant cette lutte d’où son implication dans l’exécution de la convention cadre des Nations unies publié durant la 14éme session de la conférence des parties le 2 au 3 septembre 2019 à New Dehli en Inde.

Merveille KEUKANG

 

Prudence MASSENG : « Les arbres replantés ont un impact significatif sur le devenir de l’écosystème »

Prudence MASSENG, Environnementaliste
Jeune Voix du Sahel Cameroun ; Membre du Youth Caucus de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la Désertification (UNCCD) ; Responsable des programmes, Youth Education and Development

Environnementaliste, jeune voix du sahel Cameroun, et membre du Youth Caucus de la convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, la jeune femme table sur les questions d’environnement le 17 juin 2024, lors de la célébration de la journée mondiale  de  lutte contre la désertification et la sécheresse.

Que deviennent les arbres replantés en vue de pallier au problème  de désertification et de sécheresse au Cameroun ?

Des initiatives de reforestation ont été menées à travers le pays pour pallier au problème de désertification et de sécheresse, avec des résultats variables. Certaines initiatives ont connus un franc succès et d’autres ont rencontrés des défis, tels que le manque de suivi, la non implication de la communauté dans les projets de reboisement, l’insuffisance de ressource financière pour poursuivre les projets de reboisement et restauration et les feux de brousse.

Quels sont leur impact sur le devenir de l’écosystème ?

Les arbres replantés ont un impact significatif sur le devenir des écosystèmes et de la planète en général. Les arbres absorbent le dioxyde de carbone (CO2) et libèrent de l’oxygène, contribuant à réduire les gaz à effet de serre, à lutter contre le réchauffement climatique et à réguler du climat local. Les arbres offrent également un habitat à de nombreuses espèces animales et végétales, contribuant à la préservation de la biodiversité. Les racines des arbres stabilisent  le sol et réduisent l’érosion éolienne et hydrique.

Quel suivi est-il fait au Cameroun  en  ce qui concerne la désertification et la sécheresse ?

Le gouvernement, à travers  ses ministères notamment le ministère de l’environnement, de la protection de la nature, du développement durable, et le ministère des forets et de la faune, des organisations de la société civile en collaboration avec des partenaires internationaux, mettent en œuvre plusieurs  initiatives pour suivre la désertification et la sécheresse. Un système d’alerte précoce a été mis en place pour surveiller  les conditions climatiques et identifier les zones à risques de désertification. A cet effet, des études sont menées pour évaluer l’impact  de la désertification et de la sécheresse sur les populations et les écosystèmes. Des satellites, et des enquêtes sur le terrain sont utilisés pour l’évolution de la couverture végétale et les mesures d’ampleur de la désertification.

Quelle analyse faites-vous des stratégies déjà employées jusqu’aujourd’hui dans cette lutte contre la désertification et la sécheresse au Cameroun ?

Les stratégies employées jusqu’à présent dans cette lutte au Cameroun ont donné des résultats mitigés. Des progrès ont été réalisés  dans la reforestation, la restauration des terres dégradées et la sensibilisation du public. Mais les défis persistent toujours. La désertification continue de progresser dans la région subsaharienne (Extrême-Nord, Nord et Adamaoua). Pour nous le suivi des efforts de lutte contre la sécheresse est insuffisant.

Quelles sont les perspectives envisagées cette année pour lutter contre la désertification et la sécheresse au Cameroun ?

Le thème de  la journée mondiale de la désertification et la sécheresse 2024 est tourné vers « l’héritage pour notre avenir », thème qui met l’accent sur la nécessité de poursuivre les efforts de lutte  contre la désertification et la sécheresse pour les générations futures. Toutes les parties prenantes de cette lutte au Cameroun doivent adopter une approche  multidimensionnelle et concertée. En combinant des actions de terrains, des politiques publiques éclairées et une coopération internationale, le Cameroun peut progresser vers un avenir plus vert et plus  résilient.

Propos recueillis par Merveille KEUKANG

Leave a reply