Salon international de l’agriculture et de l’agroalimentaire : Des entreprises locales et étrangères exposent leur savoir-faire

0
354

La 8e édition du Salon international de l’agriculture et de l’agroalimentaire (Sialy) a été officiellement ouverte le 6 juillet 2023 à l’esplanade du musée national par le ministre par intérim de l’Industrie, Fuh Calistus Gentry, représentant le Premier ministre sous le thème «Agriculture et agroalimentaire : enjeux et défis du libre-échange africain ».

Séduits par la diversité des produits agricoles et agroalimentaires exposés dans la centaine de stands installés à l’esplanade du Musée, les membres de la délégation étrangère venus prendre part au Salon international de l’agriculture et de l’agroalimentaire (Sialy) n’ont pas caché leur satisfaction. « C’est tout simplement formidable et original. On ne croyait pas voir autant de produits variés », affirme un membre de la délégation. Depuis l’ouverture du salon, le Cameroun affiche en ce lieu son potentiel agricole et agroalimentaire.

Présenté comme le plus grand rendez-vous sous régional du secteur agro-industriel, le Sialy revendique, depuis son lancement en 2010, environ 1,7 million de visiteurs locaux et internationaux, et plus de 3 000 exposants. Selon ses promoteurs, cet évènement a pour objectifs d’assurer une meilleure visibilité des actions des pouvoirs publics dans le secteur de l’agriculture et de l’industrie agroalimentaire ; de promouvoir le renforcement des capacités matérielles, techniques et financières des opérateurs du secteur de l’industrie agroalimentaire ; de promouvoir les inventions et le savoir-faire tant dans le domaine de l’agriculture que de la transformation ; et de développer les relations commerciales entre les acteurs du secteur agricole et de l’industrie agroalimentaire camerounais et étrangers.

Les entreprises privées et publiques abondent l’esplanade du Musée national en brandissant fièrement cacao, café, coton, banane-plantain, et autres produits pour lesquels le pays ambitionne de se positionner parmi les meilleurs en Afrique et dans le monde. Les produits de l’élevage sont vendus à des prix abordables et attisent les appétits. Le kilogramme de viande de bœuf avec os est cédé à 2300 F au lieu de 3000 F, tandis que la viande sans os est livrée à 2800 F contre 3500 F dans les marchés. Le Made In Cameroon n’est pas en reste. Les produits dérivés de la farine de manioc, de plantain, du cacao, pour ne citer que ceux-là, affichent belle allure. Dans le secteur de l’agroalimentaire, des sociétés brassicoles font une démonstration de force. Tout comme celles qui sont spécialisées dans la filière métallurgique. C’est sur tous ces secteurs que le Cameroun compte s’appuyer pour bâtir sa croissance économique, en se lançant à la conquête du marché extérieur.

Leave a reply