Pénurie de carburant : Un enfer pour la population

0
538

Depuis quelques jours, le carburant est en manque dans les grandes villes du Cameroun. À Yaoundé particulièrement, c’est devenu une situation très compliqué qui affecte les habitants de la ville.

Depuis quelques jours, c’est la bagarre ici à Yaoundé pour entrer en possession du carburant. Une situation qui non seulement affecte les mototaxi mans mais aussi les usagers. En effet, chez les motos taximan, il est devenu difficile de se procurer du super pour pouvoir rouler et travailler afin d’avoir son pain quotidien. Ainsi, certains se retrouvent obliger de garer comme le signale Cédric Emmanuel, un conducteur de Yaoundé « Vraiment, nous sommes au chômage depuis l’apparition de cette pénurie de carburant. Nous ne travaillons plus. Avec les fêtes qui s’annoncent, nous ne savons pas comment nous les transporteurs allons faire si cette situation persiste ». Malgré cette rareté de carburant, certains taximan parviennent toujours à obtenir du carburant et font vivre l’enfer aux usagers. Ces derniers se prennent la tête et font énormément dépenser la population.

Chez les usagers de taxi et de motos il est devenu difficile pour celui-là de pouvoir se déplacer, de se mouvoir et d’arriver à destination à temps. Cela dû au fait que le carburant soit en manque et par conséquent plusieurs transporteurs sont garés d’une part et d’autre part du fait qu’ils n’ont pas assez de moyen pour pouvoir se payer un taxi car, ces derniers ayant constaté le manque de super, ont augmenté les prix de transport et aussi certains d’entre eux font le tri des meilleurs payeurs.

Certains se retrouve obliger de parcourir de longue distance à pied espérant arriver à leurs destination à temps que de se tenir debout pendant 1 heure pour attendre un taxi ou une moto. C’est le cas de maman Michelle, une bayam salam de Mfoundi qui exprime son parcours difficile qu’elle affronte chaque matin « Depuis quelques jours, pour que je trouve un taxi ou une moto qui m’amène au marché Mfoundi, c’est devenu une véritable guerre. Je peux me tenir debout pendant 1 heure voire même 1h30. Par conséquent j’arrive en retard au marché. Des fois pour vite arriver, je suis obligée de marcher à pied. Vraiment c’est une situation compliquée et depuis que ce phénomène est dehors, mon chiffre d’affaire à chuter. Je ne vends plus comme avant car j’arrive en retard au marché ».

En plus de ceux-là qui se retrouvent à marcher à pied, d’autres sont obligés de proposer une somme qui est au-dessus du tarif normal. Ils se retrouvent à payer une grosse somme pour une distance moins longue. « Avant l’apparition de cette pénurie de carburant, je prenais facilement une moto à 150fcfa d’Ekounou pour Nkoldongo. Mais maintenant, c’est devenu plus compliqué. Je me retrouve en train de payer 300fcfa voire même 350fcfa pour y arriver. Vraiment c’est devenu très difficile de pouvoir se déplacer avec l’argent qui est même encore difficile à avoir » a souligné Remy Amougou, étudiant en 2éme année journalisme à l’institut supérieure Siantou.

En rappel, le ministre de l’énergie et de l’eau, Gaston Eloundou Essomba a informé l’opinion publique ce 11 novembre, à travers un communique de presse qu’une perturbation en l’approvisionnement en carburant est observé dans les villes notamment Yaoundé, Douala, et Bafoussam. Ceci causé par le retard de l’arrivée de trois navires transportant ledit produit dû aux conditions météo océanologiques défavorables qui ont interrompu les changements ship to ship desdits navires pendant quatre jours au port hub de Lomé. Par la suite, il a rassuré la population de l’arrivée effective du carburant cette semaine. En plus du navire qui est déjà présent au quai de Douala, deux autres navires contenant du super arriveront au courant de la semaine. Le ministre appel la population à être patiente et être compréhensible.

Gervais Bikouba

Leave a reply