Cameroun : Le Président Paul Biya redonne l’assurance dans le secteur éducationnel

0
180

Dans son message à la nation rendu public dimanche 31 janvier de l’année précédente, le chef de l’Etat a promis de nouvelles résolutions afin de pallier aux problèmes qui paralysent le secteur de l’éducation.

A l’occasion de la fin d’année 2023 et du Nouvel An 2024, le Président de la République Paul Biya, a reconnu dans son discours que son pays a été confronté à de multiples défis durant l’année qui s’est achevée, certains qui résultaient d’un contexte international de plus en plus difficile et d’autres relevaient de contraintes purement internes et  anciennes pour la plupart. Faisant ainsi allusion au secteur de l’éducation nationale qui, depuis février 2022 a connu des perturbations en raison des mouvements de révoltes et de grève des enseignants en rapport avec leur collectif On a trop supporté (OTS) causé par l’inaccessibilité du payement de salaire normal depuis plusieurs années. Cette situation qui a longtemps duré  n’a pas pu jusqu’ici ramené la sérénité malgré les efforts du gouvernement. «En dehors des nombreuses mesures de divers ordres qui ont été prises par les administrations concernées, plus de 72 milliards de francs CFA ont été débloqués en 2023 pour prendre en charge les dépenses y afférentes » a souligné le Président Paul Biya dans son discours de fin d’année.

En  plus de cet acte, il a tenu une fois de plus à rassurer le corps enseignant  qu’un nouveau versement faisant parti du budget de l’État au titre de l’exercice 2024 serait en cours permettant sans doute de résoudre en gros cette situation « Une provision complémentaire de 102 milliards de francs CFA a également été constituée dans le budget de l’État, au titre de l’exercice 2024, afin d’apurer les dépenses résiduelles » a-t-il affirmé.

A son tour, il a fait appel à plus de responsabilité et de sérieux dans l’apprentissage vis-à-vis des élèves « je voudrais être clair à cet égard. Autant je suis soucieux de voir les enseignants bénéficier des conditions appropriées pour l’exercice de leur noble métier, autant je suis intransigeant pour le respect du droit à l’éducation de notre jeunesse. Des mesures fermes vont à cet égard être prises pour veiller à ce que nos enfants ne se retrouvent pas victimes d’une éducation au rabais ». Dès lors, de nouvelles bases seront à présent élaborées pour faire renaître entre les administrations concernées et éducateurs des liens efficace de collaboration « Un dialogue constructif se poursuivra par ailleurs avec les syndicats reconnus, pour progresser sereinement vers la prise en compte des aspirations et des préoccupations des enseignants ».

L’éducation étant dès lors un idéal indispensable pour la jeunesse, celle-ci lui permettra de développer des facultés morales et intellectuelles utile dans la société camerounaise qui se veut émergent dans tous les domaines de la vie.

Joanita Mbana Elong

Leave a reply