Electricité : La production de la centrale à gaz de Kribi réduit de 120 Mw

0
130

Des informations glanées à bonne source font état de ce que la société Kribi Power Development Company (KPDC), exploitant de la centrale à Gaz de Kribi, a réduit de 120 Mw la production de cet ouvrage. Depuis plus d’une semaine, elle produit moins de 100 Mw sur ses 216 Mw de capacité installée.

À l’origine de cette décision qui a de graves répercussions sur le service de l’électricité, avec notamment un retour en force des délestages sur le réseau interconnecté Sud (RIS), une accumulation record des impayés de la part du distributeur Eneo. Nous n’avons pas pu obtenir les informations relatives à la facture non réglée de KPDC, mais ce sont tous les fournisseurs d’exploitation d’Eneo Cameroon S.A qui pâtissent d’une situation financière du secteur de l’électricité qui connaît une dégradation continue depuis plusieurs années.

Le plan de réforme du secteur de l’électricité 2023-2030 de l’Etat du Cameroun, qui comporte un plan d’urgence transport-distribution à mettre en œuvre sur la période 2023-2026 en guise de phase I, signale que les recettes collectées dans le secteur sont en dessous des charges, générant ainsi un déficit de trésorerie sur l’ensemble des opérateurs du secteur. Ce faible rendement de distribution de l’électricité, est marqué par un niveau élevé de perte en distribution qui est d’environ 30 % depuis près de 20 ans, répartis en parts égales, en pertes techniques (la vétusté des équipements, la surcharge des transformateurs, manque de redondance, etc.) et non techniques (fraude massive, mauvaise facturation, etc.).

Il se traduit par les difficultés pour Eneo de payer ses fournisseurs d’exploitation les plus importants, notamment KPDC/DPDC, EDC, Sonatrel, etc. Le secteur enregistre un déficit en trésorerie d’environ -29 milliards à mars. Si l’entreprise réalise des recettes mensuelles de l’ordre de 31 milliards de Fcfa, une part de 18,6 milliards de Fcfa va directement au remboursement des crédits court et moyen termes aux banques locales. Depuis plusieurs années, la filiale du fonds d’investissement britannique Actis, qui est annoncée sur le départ, fonctionne sous perfusion des banques locales, en recourant systématiquement à ce type d’emprunt pour financer ses activités. Le Minee trouve désormais que le concessionnaire est exposé à un « risque élevé » de cessation de paiement.

Pour mémoire, la KPDC est une filiale du producteur indépendant d’électricité Globeleq, qui fournit 20 % de l’offre énergétique au Cameroun grâce également aux apports de sa centrale électrique au fioul lourd de Douala, laquelle est gérée par la Douala Power Development Company (DPDC), d’une capacité de 86 Mw.

Source : EcoMatin

Leave a reply