Lutte contre le Vih/Sida : Une priorité de sante publique au Cameroun

0
308

Le 23 avril 2024, en fin de matinée, la première réunion statutaire du Comité National de Lutte contre le SIDA (CNLS) pour l’année en cours a eu lieu dans la salle des banquets de la Croix Rouge camerounaise. En même temps, l’initiative “Pediatric Surge” a été lancée afin d’accélérer la prise en charge du VIH chez les enfants.

Le Dr MANAOUDA Malachie, Ministre de la Santé Publique et Président du Comité National de Lutte contre le Sida, a donné la parole au Dr KETCHADJI de la DLMEP pour présenter le projet “Pediatric Surge”, une approche multi stratégique qui vise à accélérer les avancées en matière de prévention sur le Sida chez les enfants et les adolescents, ainsi que de leur prise en charge. On peut conclure de sa présentation que les indicateurs demeurent faibles et qu’il est nécessaire d’innover afin d’atteindre l’élimination du VIH pédiatrique au Cameroun d’ici 2030. Parce que la courbe est prometteuse chez les adultes. Le taux de prévalence a augmenté de 2,7 en 2018 à 2,1 en 2023.

La deuxième  intervention du jour a été celle de l’Ambassadeur des États Unis au Cameroun, qui a félicité  la progression du pays dans sa lutte contre cette épidémie. Il a rappelé que son pays accompagne le Cameroun à travers les projets PEPFAR et CAMPHIA. Il a d’ailleurs été confiant que d’ici 2030, le Cameroun  pourra  éliminer le VIH.

Le Secrétaire  Permanent du Comité National de Lutte contre le Sida, le Dr FOKAM dans sa prise de parole a passé en revue les recommandations issues de la réunion de 2023. Quatre sur cinq ont été effectuées à  l’instar du renforcement  des capacités des structures  locales, avec la PTME communautaire ;  l’association des sectorielles  dans la mise  en œuvre des actions de lutte, dans leurs différents domaines de compétence entre autres.  Il a par la suite présenté le Rapport  Annuel d’Activités et le Plan d’ Action 2024 du CNLS.

En effet, la réunion statutaire du Comité National de Lutte contre le Sida est l’instance nationale d’orientation et de prise de décisions sur la riposte au VIH et au Sida au Cameroun.

Il était donc nécessaire après une année, de dresser le bilan des activités menées et de se projeter dans le futur. La rencontre de  la croix rouge était l’occasion idoine pour le MINSANTE, les partenaires et les acteurs engagés aux côtés de l’Etat du Cameroun, d’apprécier les progrès réalisés dans la mise en œuvre des nouvelles orientations de la lutte contre le Sida et d’entrevoir une meilleure prise en charge des personnes vivant avec le VIH.

Dans son allocution de circonstance, le Minsanté a révélé  que le Conseil d’Administration du Fonds Mondial a approuvé , le financement pour la période 2024-2026 et la transition vers l’algorithme à trois tests portant sur la mise en œuvre des nouvelles directives de prise en charge des personnes vivant avec le VIH.  Il a par  conséquent  alloué 289 908 532 €, soit 190 167 530 925 F CFA au Cameroun pour la lutte contre le VIH, la Tuberculose, le Paludisme et la mise en place des systèmes résistants et pérennes pour la santé.

A l’issue de ces échanges sept recommandations ont été retenues. A savoir qu’il faudra désormais parler  de prévention de la transmission verticale et non plus de transmission de la mère à l’enfant ; travailler sur les barrières socio culturelles qui limitent l’accès  au dépistage  afin de réaliser le premier 95 ; mettre un accent sur l’information et la formation des leaders communautaires pour espérer  lever les barrières socioculturelles ; généraliser l’approche District pour toucher chaque  enfant dans chaque District ; implémenter  l’aspect engagement communautaire  en y associant  la DPS, pour ne citer que celles-là.

Eliminer donc le SIDA à l’horizon 2030  au Cameroun c’est  efficacement  le prévenir ; c’est réduire  toute nouvelle  infection ; c’est veiller  à la mise en œuvre des trois  95.

S.E.AKAMBA  Ph.D, Celcom-Minsanté

Leave a reply