Production d’emballages écologiques : Vers l’augmentation de plus de 20% la production

0
149

L’entreprise Boisson du Cameroun dans sa stratégie à court terme, envisage la mise en service de 4 nouvelles chaînes de conditionnement en verre afin de remplacer les bouteilles plastiques dans les points de vente.

L’information a été révélée lors de la célébration de son 76ème anniversaire d’activités au Cameroun le 3 février dernier par Stéphane Descazeaud, Directeur Général de Boissons du Cameroun lors de son discours de circonstance. « La première a démarré à Yaoundé fin décembre, puis viendront le tour de Bafoussam, Ndokoti à Douala et Garoua. A cela il faut ajouter les investissements très importants dans les fluides, la fabrication et la qualité, qui nous permettront d’augmenter nos capacités de production de plus de 20% en verre consigné » déclare le Directeur Général des Boissons du Cameroun.

Notons que cette décision de Boissons du Cameroun de booster ses capacités de production en matière d’emballage recyclable intervient dans un contexte marqué par des changements climatiques constant, avec des répercussions sur la nature et un impact néfaste dans la chaîne d’approvisionnement des matières premières agricoles, importantes pour l’industrie brassicoles.

C’est également un moyen pour cette entreprise d’apporter une solution fiable à une politique publique commune à plusieurs nations du monde. « A l’heure où le monde croule sous les déchets plastiques et où les pays riches optent pour des politiques 0 plastique, Boissons du Cameroun a choisi d’anticiper et de se lancer dans la bataille du verre afin de rendre notre monde plus écologique, plus beau. », martèle le DG, en précisant que l’objectif premier de cette société est de contribuer à créer un monde plus vert.  Pour cela, il envisage de remplacer les bouteilles en plastique PET (polytéréphtalate d’éthylène) dans les bars du Cameroun par du verre.

Afin de concrétiser cet engagement en faveur de la nature et de l’univers climatique, Boisson du Cameroun a mis sur le marché camerounais une nouvelle gamme de jus de 50 Cl en verre consigné, dont les ventes ont débuté dans la région du centre au lendemain de la célébration des 76 ans de Boissons du Cameroun, avant de se reprendre dans d’autres localités du pays quelques jours plus tard.

Formation et encadrement des collaborateurs

Au-delà du problème lié à l’écologie portée par la mise en service des chaînes de conditionnement, les investissements de Boissons du Cameroun s’élargissent aussi dans l’offre de formation et l’encadrement de son personnel. Pour Stéphane Descazeaud, « il serait vain d’investir dans l’outil de production, si nous n’investissons pas dans ce qu’il y a de plus important, les lionnes et lions de Boissons du Cameroun (les collaborateurs). Certes ce n’est pas toujours facile, il faut trouver le bon équilibre entre les ressources financières et les ressources humaines, mais je n’ai aucun doute, le succès et la performance ne viendront que de la bonne santé de nos employés, que de la compétence de nos employés, que de leur envie de toujours se dépasser et d’atteindre des sommets ».

Le patron de Boissons du Cameroun a précisé que l’unité appartenant à l’entreprise qui sera transformée en centre de formation professionnelle aura pour mission d’améliorer les conditions de travail et d’éviter des situations dangereuses au sein de ses unités de production.  « L’ex-UBG Bassa qui accueillera prochainement le futur centre de formation Castel, marque le début d’une politique des ressources humaines consciente de ses enjeux. », a-t-il affirmé.

Rappelons que malgré ces investissements de grandes envergures engagés par Boissons du Cameroun, cette entreprise n’est pas aussi à l’abri des tendances inflationnistes qui secouent le pays. « Si nous pouvons nous réjouir de la pente ascendante de nos ventes qui ne faiblit pas grâce à votre implication, votre travail et aux investissements continus dans l’augmentation des capacités de production, tous ces efforts sont fortement impactés par l’inflation, la pression fiscale qui ne cesse de croître, ainsi que le blocage des prix de nos produits par le gouvernement », affirme Stéphane Descazeaud face à ses collaborateurs.

C.E

Leave a reply