Produits avicoles : Le projet de transformation renait de ses cendres au Cameroun

0
83

Le projet de transformation locale des produits avicoles est repoussé par l’Interprofession avicole du Cameroun (Ipavic). Le projet a été lancé en 2014 lors de la première édition du Salon avicole international de Yaoundé, et il est de retour lors de la cinquième édition de ce rendez-vous, avec pour thème « Aviculture camerounaise, vers la transformation ». Selon François Djonou, le président de l’Ipavic, les problèmes de financement sont à l’origine de ces 10 années d’attente, afin de trouver des solutions lors des discussions qui précéderont cette 5e édition du Savi, qui est présentée comme une plateforme de rencontre accueillant des exposants nationaux et étrangers qui travaillent dans le domaine de l’aviculture.

Remettre en question ce projet permettra de mieux comprendre les possibilités offertes par la filière avicole depuis quelques années. Selon les informations de l’Ipavic, cette industrie génère un chiffre d’affaires de 1 170 milliards de Fcfa, malgré les différentes épizooties de grippe aviaire qui ont touché le Cameroun au cours des 10 dernières années. La filière avicole au Cameroun aspire à évoluer vers l’excellence. L’objectif du projet est de mettre en place des chaînes d’abattage, de commercialiser des œufs transformés en mayonnaise, de la viande de poulet dépecée et vendue par parties (cuisses, ailes, pattes…), etc.

De plus, en raison des avantages fiscaux et douaniers et de l’engagement des producteurs qui ont permis la production d’environ 4 millions de poules pondeuses, l’interprofession anticipe que la production nationale de poulets atteindra 54 millions de têtes à la fin de l’année. Selon les informations, cette transformation locale va stimuler la production de produits agricoles, car la filière consomme beaucoup de soja et de maïs. La dynamique observée dans le secteur de l’aviculture au Cameroun a fait du pays la deuxième principale exportatrice de viande au cours de la période étudiée, représentant 19% des quantités totales. La filière bovine, à elle seule, a fourni au Cameroun 46% (125 000 tonnes) de la viande en 2021, mais l’aviculture est loin derrière.

A.B et EcoMatin

Leave a reply