Traité sur le plastique : De petites victoires et frustrations majeures marquent le dernier cycle de négociations

En mars 2022, le monde s’est engagé à négocier un traité sur le « cycle de vie complet » des plastiques. Vingt mois plus tard, les pays ne parviennent toujours pas à s’entendre sur l’objectif à atteindre.
0
159

Un troisième cycle de négociations sur le traité mondial sur les plastiques s’est terminé dans la frustration le week-end dernier, alors que les pays dits « à faible ambition » ont entravé les progrès en contestant la définition de termes fondamentaux comme « plastiques » et « cycle de vie ». Les observateurs ont noté certains signes de progrès, comme un soutien croissant aux mesures visant à lutter contre les produits chimiques nocifs couramment ajoutés aux plastiques. Cependant, les négociateurs n’ont désormais aucun plan de travail formel pour les cinq mois précédant le prochain cycle de discussions et sont considérablement en retard sur le calendrier, selon plusieurs groupes de défense avec lesquels l’organe de presse Grist s’est entretenu.

Bjorn Beeler, directeur général et coordinateur international du Réseau international pour l’élimination des polluants (IPEN) une coalition à but non lucratif, déclare qu’il s’agit d’un résultat positif : « un grand nombre de pays comprend de mieux en mieux les enjeux du texte préliminaire », ajoute t-il. Et les discussions autour des différentes soumissions ont aidé les négociateurs à mieux comprendre des questions complexes de ce texte préliminaire du traité.

Mais le plus gros point de friction concernait peut-être la portée de l’accord – s’il devait limiter la production de plastique ou se concentrer principalement sur le nettoyage des océans et la prévention des déchets. Même si les pays ont déjà convenu au début du processus du traité d’aborder le « cycle de vie complet » des plastiques – un terme qui fait traditionnellement référence à tout, de la production à l’élimination – les pays producteurs de pétrole ont plaidé à plusieurs reprises en faveur d’une interprétation plus étroite de ce mandat. Cette fois, les membres d’un « groupe de pays partageant les mêmes idées » – constitué du Bahreïn, la Chine, Cuba, l’Iran et l’Arabie saoudite – soutiennent que le cycle de vie des plastiques ne devrait commencer qu’une fois le produit éliminé.

« Cela est dépourvu de toute logique », affirme Beeler. Pour lui, cela ressemble à une ruée désespérée des pays producteurs de pétrole pour annuler le mandat qu’ils ont déjà accepté en mars 2022, en réponse à des propositions plus ambitieuses que ce à quoi ils auraient pu s’attendre. « Je ne pense pas que l’Arabie Saoudite ou la Russie auraient imaginé il y a 18 mois que nous envisagerions réellement de contrôler les polymères. »

Alors qu’il ne reste que deux réunions supplémentaires et un peu plus d’un an avant la rédaction de la version finale du traité, certains observateurs se demandent s’il faudra plus de temps. On ne sait pas exactement quel genre de progrès la soi-disant « coalition de pays aux ambitions élevées » sera capable de réaliser lors des futures réunions du CNI sans une coopération accrue de la part des pays producteurs de pétrole – en particulier sur la question cruciale de la production de plastique, qui devrait presque tripler d’ici 2060 , dépassant la capacité des services de collecte des déchets et de recyclage.

« Les principaux producteurs de plastique ne voient tout simplement pas de lien entre la production de plastique et la pollution plastique », d’après Grist rapportant les propos de Beeler .

Beeler a résisté à certaines des évaluations les plus pessimistes de la réunion du CNI. Les progrès sont plus lents que ce que de nombreux militants avaient espéré, confie t-il .

Cependant, le débat sur le plastique en général s’est accéléré très rapidement et la plupart des pays ont encore besoin de temps pour développer leurs positions nationales.

C.A

Leave a reply