Abelmoschus esculentus : Voici les bienfaits pour la santé

0
158

Très prisé en Afrique de l’ouest et même du centre, le gombo est associé à plusieurs mets consommés dans cette partie de l’Afrique.

Le gombo est une plante dont les fruits sont consommés comme légumes notamment en Afrique. Ce légume-fruit se décline en plusieurs variétés selon les régions. Elles peuvent différer selon la taille, les feuilles, les fleurs, les fruits et les grains. On retrouve par exemple les variétés à tiges courtes et celles à tiges hautes. Les premiers ont un cycle de vie court, les fruits mûrissent après trois mois, tandis que les variétés à tiges hautes ont un cycle de vie plus long, allant de six à neuf mois. Les fruits du gombo varient également selon la coloration qui peut aller du vert au rouge. La taille des fruits peut également constituer un élément de différenciation. Les fruits peuvent mesurer entre 5 et 20 cm. Tout comme la taille, les grains contenus dans chaque fruit diffère selon les variétés.

Bienfaits nutritionnels du gombo

« Le gombo est riche en vitamines et minéraux. On peut retrouver des vitamines du groupe B, notamment la vitamine B2, B3, B6, B9 mais également la vitamine C. C’est une plante qui est riche en vitamine K », explique le nutritionniste Mamadou Seydou Bah, par ailleurs président de l’association NutriMali. Les gousses de gombo constituent une bonne source de nutriments et d’antioxydants tels que la vitamine C, les polyphénols, les polysaccharides et les minéraux selon une étude réalisée par Yuan et al. en 2018. Les antioxydants, comme leur nom l’indique, « luttent contre ce qu’on appelle l’oxydation des cellules du corps humain, causée par les radicaux libres», explique M. Bah.

Selon la nutritionniste Ivoirienne Marion Ezzedine, la forte teneur du gombo en vitamine C, en fait un aliment qui renforce le système immunitaire et permet de lutter contre le vieillissement cellulaire. Si vous cherchez à perdre du poids, vous pouvez considérer le gombo comme un allié. En effet, sa forte teneur en lipides fait qu’il a un faible apport calorique. Le gombo joue un important rôle également dans le processus de digestion grâce aux fibres alimentaires qu’il contient. « C’est donc un aliment qui permet de réguler le transit intestinal et le taux de cholestérol sanguin », révèle Mme Ezzedine.

Les fibres alimentaires contribuent également à ralentir l’absorption des glucides et des lipides. Selon le Dr Mamadou Seydou Bah, le gombo est une plante très riche en manganèse et magnésium. « Le manganèse joue un rôle important dans la minéralisation des os, mais aussi tout ce qui est le métabolisme des protéines. Il intervient par ailleurs, dans le fonctionnement du système nerveux », affirme-t-il. Au-delà de ses vertus nutritives, le gombo est également utilisé dans la médecine traditionnelle. « Le gombo est beaucoup utilisé, surtout pour le traitement des nodules dans la médecine traditionnelle. » ajoute-t-il.

« Une série de composés bioactifs tels que des flavonoïdes et des catéchines ont été découverts dans la plante de gombo, associés à de nombreuses propriétés biologiques observées dans des études de recherche rapportant des effets antidiabétiques, anticancéreux, antihypertenseurs et antimicrobiens potentiels, entre autres, du fait de leur consommation », peut-on lire dans un article scientifique produit par Agregan et al.

Comment utiliser le gombo pour profiter de ses bienfaits ?

Très prisé en Afrique de l’ouest et même du centre, le gombo est associé à plusieurs mets consommés dans cette partie de l’Afrique. Selon les différents plats, le gombo peut être consommé bouilli, cru en salade séché ou même utilisé comme additif dans les soupes.

Au Sénégal, il est utilisé dans la cuisson du Soupou Kandja, tandis qu’en Côte d’Ivoire, il est utilisé dans la préparation de la sauce gombo. On peut retrouver beaucoup de versions de la sauce gombo selon les pays donc ne soyez pas surpris d’entendre parler d’une sauce gombo version camerounaise ou béninoise.

En République de Guinée, le gombo fait partie des ingrédients qui entrent dans la préparation du Foutti, un met à base de feuilles d’oseille et de gombo. Selon le Dr Ezzedine, « il sera plus digeste s’il est cuit mais les nutriments sont mieux préservés lorsque le gombo est cru (notamment la vitamine C qui est sensible à la chaleur) »

Le nutritionniste Mamadou Seydou Bah conseille également de ne pas trop faire bouillir le gombo afin d’éviter la détérioration de certaines vitamines. Il conseille par ailleurs de ne pas trop laisser le gombo au soleil pour ceux qui le préfèrent séché.

« Le gombo a une texture gélatineuse qui permet d’épaissir les sauces. Pour réduire l’aspect gélatineux, il suffit de le consommer cru ou légèrement blanchi », poursuit Mme Ezzedine, nutritionniste.

Source : BBC Afrique

Leave a reply