« Notre souhait est de voir dans un proche avenir une structuration entièrement autonome, à minima au niveau de chaque pays » : Bernard Gillet, Président de FIER DES ODD INTERNATIONAL

0
246

Présentez-nous l’ensemble des activités que mène FIER DES ODD INTERNATIONAL ?

Cette première question est très intéressante, car elle me permet d’emblée de dire que FIER des ODD (Festival International Éclaté et Régionalisé des Objectifs de Développement Durable) est pour le moment uniquement structuré à l’international, et que notre souhait en tant que fondateurs est de voir dans un proche avenir une structuration entièrement autonome, à minima au niveau de chaque pays.

Rappelons tout d’abord que le FIER des ODD est né à l’occasion des premières turbulences créées par la pandémie COVID-19. Nous avons été plusieurs à constater que d’une part, plus aucun autre sujet n’occupait l’actualité et que d’autre part, les Objectifs de Développement Durable étaient tous passés aux oubliettes, en particulier l’ODD n°3, relatif à la Bonne Santé et au Bien-être n’était pas évoqué, alors que cette nouvelle pandémie se montrait déjà très ravageuse. Nous nous sommes donc interrogés de savoir si nous ne pouvions pas profiter de cette malheureuse tragédie pour interpeller toutes les autorités au niveau planétaire et les inciter à réviser l’ODD 3 sans attendre 2030.

En même, temps c’était le moment de sensibiliser toutes les populations, les autorités locales et toutes les Organisations de la Société Civile pour les inviter à faire annuellement le bilan sur les avancées réalisées ou reculs opérés sur chacun des 17 ODD et mettre en place sans attendre les correctifs nécessaires. Quoi de mieux pour le faire, que d’organiser un rendez-vous annuel dans chacun des 193 pays signataires de l’Agenda 2030 et si possible dans chacune des régions de ces pays, un niveau assez pertinent se situant à mi-chemin entre l’état central et les territoires locaux.

Alors pour commencer, les partenaires et amis que nous avons pu inviter à nous rejoindre et partager notre vision, le principal était de s’approprier les ODD, et en premier, ceux dont ils s’occupaient sur le terrain, parfois même sans le savoir. Les activités du FIER des ODD International sont donc aussi variées qu’il y a de structures participantes aux quatre premières éditions. Certains se sont concentrés sur des activités éducatives, culturelles ou sportives de sensibilisation des citoyens ou élus de leurs territoires, sur un ou plusieurs ODD, d’autres se sont investi dans des formations-actions, et d’autres encore ont réalisé des chantiers concernant l’assainissement, l’entretien d’espaces naturels, la plantation d’arbres, la collecte et le ramassage des déchets.

De nombreux forums, conférences ou webinaires ont également été tenu, soit en préparation d’une des éditions du  FIER des ODD, soit sur une thématique particulière, celle de l’eau par exemple. Chaque année pour essayer de trouver une certaine unité de vue, notre Conseil d’Administration choisit la thématique centrale de l’année, pour 2023, c’était celle de l’eau.

Quelles sont les réalisations clés que vous avez menées au cours de l’année 2023 ?

En 2023, sur le terrain se sont réalisées peu ou prou, les mêmes actions qu’en 2022. Cependant, en raison du succès rencontré par notre 3ème édition qui avait réuni plus de 252 ONG et  Associations dans 24 pays, nous avions décidé de quitter notre statut d’Association de Préfiguration pour déployer la forme définitive de notre structure avec l’organisation de son Comité d’Orientation et de Vigilance, notre parlement interne.

Nous avons pu partiellement y arriver par l’élection d’une femme : Yasline LAURENT comme Coordinatrice du C.O.V, mais il a été très difficile d’organiser le travail collectif au sein dudit C.O.V en raison de très faibles moyens dont nous disposons, et de la distance qui nous sépare les uns des autres. De très nombreuses réunions se sont tenues en ligne par Google Meet ou Zoom, mais l’assiduité a souvent fait défaut, et la fracture numérique qu’il y a entre les pays d’Afrique Centrale, de l’Ouest, ou de l’Afrique Australe, à notre niveau, nous a souvent privé de connexion stable.

A signaler également qu’en 2023, en raison probablement du vrai succès rencontré en 2022, de nombreux acteurs de terrain ont levé le pied, pensant très sincèrement que la structure mère du F.I.E.R. des O.D.D avait obtenu grâce à eux des soutiens financiers de grandes institutions ayant à connaître de l’Agenda 2030. Ils considéraient donc qu’ils ne pouvaient plus rien faire avec leurs seuls moyens, et ils ont manifesté à de nombreuses reprises leur attente d’aide financière de la structure mère. Quelques-uns, qui s’étaient fait connaître depuis la première édition, ont, semble-t-il, été attirés par le miroir aux alouettes, et récupérés par de grosses structures à l’international.

Il est cependant à noter que la plupart des structures des premières éditions ont poursuivi toute l’année, leur activités habituelles, en systématisant le lien avec un ou plusieurs des O.D.D.  L’objectif principal de notre F.I.E.R des O.D.D est donc atteint. On ne parle pas des O.D.D qu’autour du 25 septembre, mais chaque jour, et à chaque occasion. Seule la R.D.C (République Démocratique du Congo) a connu un regain d’activités notoire au cours de l’année 2023, en augmentant considérablement son nombre de structures rejoignant le réseau du F.I.E.R des O.D.D de 40 à 180 au moment de la 4ème édition, et maintenant il serait question d’un millier environ.

Quels sont les obstacles rencontrés lors de la mise en œuvre de vos activités ? Quelles peuvent être les raisons ?

Les principaux obstacles rencontrés lors de la mise en œuvre de nos activités viennent de la jeunesse de notre réseau, du manque d’assimilation de nos objectifs stratégiques par ceux qui pourtant ont trouvé très rapidement l’idée intéressante et susceptible d’inverser les flux habituels de coopération entre les pays du Sud et les pays du Nord, et de renforcer les synergies Sud-Sud.

La majorité de nos amis, partenaires et représentants d’une vingtaine de pays africains n’ont pas assimilé que nous pouvions créer, en mettant en valeur et rendant compte de l’énorme travail réalisé, un rapport de force envers les grandes institutions et ONG internationales qui décident de ce qui est bon pour l’Afrique, au lieu et place des acteurs de terrain. Pourtant, la plupart d’entre eux, même de petite taille, n’ont rien à envier au point de vue organisation et réalisation à leurs homologues européens.

Ce qui manque, ce sont les moyens financiers qui sur l’Agenda 2030 et le Développement Durable sont toujours trustés et dépensés par les mêmes. Il manque aussi des rencontres sous forme de formations-actions en présentiel entre les membres fondateurs et les représentants nationaux et régionaux, afin de resserrer les liens de fraternité et d’échanger sur les solutions, et sur les bonnes pratiques. Là encore, ce sont les fonds qui manquent le plus.

Vos objectifs ont-ils été atteints au cours de l’année 2023 ? Si oui, quelles sont les méthodes de travail  que vous avez utilisé ?

Nous n’avons clairement pas atteint nos objectifs 2023, mais nous avons pris cette année comme une étape nécessaire pour reconsidérer nos modes d’organisation, et envisager d’autonomiser quelques pays, les plus avancés dans le F.I.E.R des O.D.D de manière à ce que nous n’échappions pas à l’inversion habituelle des flux de coopération à laquelle nous croyons, et que nous appelons profondément de nos vœux.

Quels sont les points forts et les axes d’améliorations pour le futur ?

Nous allons tout miser sur notre communication. Et nous comptons aussi ne laisser passer aucune occasion pour faire parler des O.D.D comme à l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes du 8 mars prochain. Nous allons relancer le projet d’écriture collective des couplets de la chanson « Femmes du Monde » dont j’ai écrit le refrain le 8 mars 2021 sur un coin de table, lors d’un tournoi de football féminin à Témara, au Maroc.

Par ce type d’action, nous pouvons faire connaître les O.D.D en fédérant localement des initiatives portées par et pour les femmes. Et le refrain, avec son rythme pourra devenir notre slogan ou notre identifiant reconnu de tous.

Nous pouvons aussi adapter ce type de chant avec un autre public, par exemple les orphelins. La tentative d’il y a deux ans sera reprise.  http://www.fier-des-odd.eu ; Un  programme de formation pour les représentants nationaux et régionaux, membres du Comité d’Orientation et de Vigilance est en cours de finalisation.

Peut-on avoir une idée de quelques activités à mener en 2024 ?

Les activités ayant permis d’agir sur l’un ou l’autre des O.D.D dans une région ou un pays seront systématiquement reprises ou essaimées dans une autre région ou pays ; Le rendez-vous avec « Femmes du Monde » le 8 mars prochain ; L’idée d’une caravane du F.I.E.R des O.D.D allant de pays en pays fait son chemin, et nous en recherchons les partenaires et bailleurs de fonds ; Nous allons intensifier les webinaires thématiques, ainsi que les formations-actions ; Nous allons reprendre des activités déjà réalisées comme en 2020 par le biais du sport collectif, et notamment le football, en organisant des tournois filles et tournois garçons, avec les dossards numérotés avec les logos des O.D.D correspondants.

Interview réalisée par Albert BOMBA

Leave a reply