Affaire décès materno-fœtal à l’hôpital d’Efoulan : Paul ELOUNDOU ONOMO clarifie les faits

0
379

A travers une note diffusée le 24 mai 2024,  le Directeur de l’hôpital de district d’Efoulan, Paul ELOUNDOU ONOMO,  donne un démenti suite à la vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux en rapport avec le décès materno-fœtal survenu au sein de l’hôpital hier.

La véracité des faits pour éclaircir les opinions ! C’est ce qu’a entrepris d’émettre le directeur de l’hôpital de district d’Efoulan, Paul ELOUNDOU ONOMO, en rendant public son démenti. En effet, tel qu’énoncé dans la note du directeur, la patiente âgée de 30 ans serait arrivée en consultation à l’hôpital de district d’Efoulan le vendredi 24 mai 2024 pour raisons de douleur pelvienne à type de contraction utérine sur une grossesse de 39 semaines régulièrement suivies mais, avec fissuration des membranes à l’entrée à 4 heures passées de 30 minutes exactement. Lors de la phase active du travail, la compilation graphique des données sur les étapes de l’accouchement (partogramme) est ouverte et la surveillance du travail est sans singularités. Elle présentera alors des convulsions tonico cloniques généralisées aux alentours de 7 heures et recevra un traitement adéquat en pareille condition. Le gynécologue et l’anesthésiste présents lors des faits sus évoqués décident à l’instant de lui réaliser une césarienne d’urgence.

Malencontreusement, durant la préparation de l’acte chirurgical, cette dernière va présenter un arrêt cardiorespiratoire qui n’a pas pu être stoppé malgré les mesures de réanimation mises en œuvre. Le directeur a tenu à préciser qu’ « en aucun moment il n’a été décelé la moindre négligence dans le processus de prise en charge ». Toutefois, il incombe de souligner que quelques heures suivant le décès de la patiente, certaines personnes accompagnant les familles ont voulu contraindre les médecins à procéder à une césarienne post mortem en employant la force. Ils auraient à cet effet enfoncé les portes de la maternité menaçant physiquement et verbalement le personnel en service de l’hôpital. Une intervention rapide des forces de maintien de l’ordre a tenu lieu d’existence et par ricochet permis de rétablir l’ordre en favorisant le transfert de la dépouille dans une morgue de la place.

Ce décès materno-fœtal tragique et alarmant bien qu’ayant suivi une prise en charge adéquate reste très déploré. L’hôpital de district d’Efoulan transmet ainsi ses sincères condoléances aux familles si durement éprouvées. Néanmoins, il continue de condamner jusqu’à la dernière énergie « cette tendance à la manipulation honteuse des faits pour des objectifs inavoués » exercée par des personnes en mal de sensation. Vivement que la vérité soit rétablie concernant cette affaire.

S.E

Leave a reply