Lutte contre la fistule obstétricale : Vers l’éradication à l’horizon 2030

0
348

Le Directeur de la santé familiale, Dr Ebongo Zachus Nanje a organisé avec l’appui technique et financier de l’UNFPA une marche sportive dans le but de sensibiliser les acteurs à tous les niveaux dans la lutte contre la fistule obstétricale au Cameroun.

1h15min, c’est la durée qui a permis à la centaine de personnes mobilisées pour la circonstance de parcourir l’itinéraire Esplanade du Minsanté, Palais de Justice, Garnison Militaire, Assemblée Nationale, Carrefour Emia, Education et esplanade du Minsanté.

La fistule obstétricale est une perforation entre le vagin et la vessie et/ou le rectum, due à un travail prolongé ou obstrué sans accès à un traitement médical rapide et de qualité. Elle provoque chez les femmes et les jeunes filles des fuites d’urine, de matières fécales ou des deux, et entraîne souvent des problèmes médicaux chroniques, la dépression, l’isolement social et l’aggravation de la pauvreté. 90 % des grossesses impliquant une fistule se terminent par une mortinaissance. Au Cameroun, la mortalité maternelle reste un véritable problème de Santé Publique. Car, malgré les efforts consentis, le ratio de la mortalité maternelle est de 406 pour 10000 Naissances vivantes (EDS, 2018). Pour chaque femme qui décède, 30 autres survivent avec des complications dont l’une des plus invalidantes qui est la Fistule Obstétrique

Les systèmes de santé et les communautés ne parviennent pas à mettre fin à la fistule obstétricale. La discrimination fondée sur le sexe et la marginalisation sociale créent des risques supplémentaires, ce qui fait que la fistule touche de manière disproportionnée les femmes et les filles pauvres, mal desservies et marginalisées.

La prise en charge de cette affection est rendue difficile au Cameroun à cause de l’ignorance même des populations, des coûts de la prise en charge, de l’insuffisance des ressources humaines qualifiées sur l’étendue du territoire et surtout des conséquences sociales (isolement, stigmatisation, pauvreté, exclusion sociale) dont les victimes font l’objet au quotidien.

Leave a reply