Sécurité alimentaire : La FAO signe un accord cadre de financement avec le Cameroun

0
383

L’objectif de l’accord-cadre de financement signé le 22 avril 2024 à Yaoundé entre l’État du Cameroun et la Fao est de réduire les conséquences à court terme de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans les zones ciblées, tout en renforçant la résilience économique, climatique et communautaire. Le directeur général de la Fao, Qu Dongyu, est en visite au Cameroun.

Le projet d’urgence de lutte contre la crise alimentaire au Cameroun (PULCCA) sera financé à hauteur de 1 617 616 433 francs cfa et sera mis en œuvre dans les régions du Nord, de l’Extrême-Nord, du Nord-Ouest, du Sud-Ouest, de l’Adamaoua et de l’Est. Pour sa mise en œuvre, il est nécessaire de prendre en compte 05 composantes.

Pour soutenir le développement des petites exploitations agricoles, il sera nécessaire d’acheter et de distribuer 3 950 kits d’intrants dans les secteurs de la banane-plantain et des cultures maraîchères dans la région de l’Est. En ce qui concerne le soutien au développement des petites unités de production animale, aquacole et halieutique, il serait nécessaire d’acquérir et de distribuer 900 kits d’intrants de production dans les filières lait, volaille traditionnelle, poulet de chair, œufs de table, porc, petits ruminants et miel. Il est également important de prendre en compte la vaccination de 150.000 volailles traditionnelles.

Ensuite, il est prévu de former 8 000 bénéficiaires dans les régions de l’Est, de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême-Nord pour l’assistance technique aux pratiques de gestion durable. Ensuite, il est prévu de renforcer les compétences techniques de 4 100 éleveurs grâce à l’approche champ-école paysans et à la production climato-intelligentes. Enfin, il y aura la création de 20 champs de fourrage et 20 kilomètres de sentiers de transhumance et de pistes à bétails dans la région de l’Est.

En plus des éléments mentionnés précédemment, le projet Pulcca vise également à renforcer la capacité du gouvernement à suivre les crises de sécurité alimentaire, les systèmes d’information et les services agro-météorologiques, ainsi qu’à gérer, suivre et évaluer le Projet et l’Intervention d’Urgence Contingente (RUC).

Dans le cadre du Pulcca, cet accompagnement diversifié de la Fao permettra au Cameroun de tirer parti de l’expertise de l’institution onusienne dans le domaine agricole dans son ensemble, mais également d’améliorer l’accès à la nourriture et de diminuer la vulnérabilité aux chocs climatiques. Gabriel Mbaïrobe, ministre de l’agriculture et du développement rural, a exprimé sa gratitude pour la qualité des relations entre le Cameroun et a invité chaque acteur à jouer son rôle afin d’atteindre un résultat optimal.

A.B

Leave a reply